LA SURETE DE FONCTIONNEMENT, UN ENJEU MAJEUR POUR LA MECATRONIQUE

« L’électronique, c’est pas fiable ! » Nous avons tous entendu ce cliché qui est, comme tous les clichés, aussi vrai que faux. 
 
Les revers de la mécatronique
Il est vrai que « l’électronisation » à marche forcée, par exemple dans l’automobile il y a quelques années, a connu des revers importants, surtout en termes d’image pour le grand public. Au contraire, l’exemple de l’aéronautique montre qu’il est possible, à conditions de s’en donner les moyens, de maîtriser globalement les risques pour des engins dans lesquels la proportion d’électronique et de logiciels est devenue prépondérante.

Maîtriser les risques
Toutes les entreprises industrielles maîtrisent, peu ou prou, la problématique dès lors que les produits sont « mono technologique ». Une étude récente a identifié au moins 25 méthodes et outils éprouvés et disponibles. Mais les limites de ces méthodes sont rapidement atteintes dès lors que l’on combine plusieurs technologies et que les interactions et la complexité augmente, comme dans le cas de la mécatronique. Les entreprises ont alors beaucoup plus de difficultés à appréhender le sujet dans sa globalité, d’autant plus que la tendance vers le co-développement se généralise et entraîne une dispersion de la problématique sur plusieurs acteurs en dehors de l’entreprise. Une enquête menée auprès des industriels du groupe mécatronique d’ARTEMA place le besoin d’une « meilleure maîtrise de la fiabilité » comme prioritaire, en particulier pour les très nombreuses PME de ce secteur. C’est également l’une des recommandations de l’étude « Technologies clés 2015 » du Ministère de l’Industrie.

Les enjeux
Il n’existe pas à ce jour de méthode intégrée permettant de traiter les couplages mécanique / électronique / logiciels. L’enjeu d’aujourd’hui est de développer méthodes et outils, viables économiquement, à destination des industriels de la filière mécatronique, fabriquant de composants ou de systèmes, y compris pour les très nombreuses PME de ce secteur.

Les initiatives
C’est dans ce sens que des initiatives à destination des industriels se mettent en place :
• La convention de partenariat signée entre ARTEMA et POLYTECH Annecy-Chambéry dans le cadre de l’appel à projet « F2i » et qui porte sur un projet de recherche sur la sûreté de fonctionnement en mécatronique.
• L’ouverture de la première Ecole de Mécatronique (www.school-mechatronics.eu) sur le thème de la sûreté de fonctionnement.
• Et toujours à disposition des industriels, la plate-forme mécatronique du CETIM à Annecy : prestations d’étude, conseils et formations.

Contact et informations :
Olivier de Gabrielli
Tel : 04 50 33 58 21 
Source : Thésame
Contact : odg@thesame-innovation.com