HAL, l’exosquelette qui embrasse sans jamais mal étreindre

L’entreprise japonaise Cyberdyne, la première société à fabriquer en série des « exosquelettes », présente HAL (Hybrid Assistive Limb – membre de soutien hybride), un squelette externe électro-mécanique dont la tâche est de renforcer le degré de mobilité des personnes âgées ou soulager les efforts des personnels de soins obligés de soulever des patients. Mais il va un peu plus loin et aurait même permis, selon ses créateurs, à un patient qui avait déjà passé neuf ans en fauteuil roulant à la suite d’un accident cérébral d’être de nouveau capable de tenir debout sur ses jambes, la structure externe le maintenant.


Alimentée par une batterie, la combinaison HAL, qui entoure le dos, suit les jambes et les bras, est bardée de capteurs. Ces derniers détectent le signal d’activation des muscles humains émanant du cerveau. L’ensemble se met alors en mouvement, grâce à des micromoteurs, afin de prendre en charge le travail musculaire requis pour porter une masse, se lever, s’asseoir, marcher ou monter des escaliers.


Quelque 50 hôpitaux et maison de repos au Japon utilisent déjà une version de HAL pour les jambes, un appareillage loué environ 150.000 yens (1.350 euros) par mois. Des établissements de Suède et Danemark prévoient également de tester cet équipement.


La variante intégrale (quatre membres) sera proposée l’an prochain et la vente aux particuliers est envisagée aux alentours de 2015.