Un robot gymnaste, enfant de l’hydraulique et de l’impression 3D, pour assouplir le mouvement robotique

Bien évidemment, il s’appelle Nadia comme Nadia Comaneci… Quel autre prénom pour un gymnaste de haut niveau ? Un groupe de chercheurs en robotique, de l'Institute for Human and Machine Cognition (IHMC) aux États-Unis, travaille actuellement à la création d'un robot gymnaste qui doit permettre de faire progresser la recherche dans le domaine des algorithmes de contrôle de mouvements, une des limites de la robotique actuelle.

Pour faire bouger Nadia, les chercheurs ont préféré les vérins hydrauliques aux actionneurs électriques, pour bénéficier de diamètres réduits et offrir aux jambes de Nadia six degrés de liberté. De plus, les actionneurs hydrauliques peuvent délivrer plus de force. La version finale du robot devrait mesurer entre 1,70 m et 1,80 m, et peser jusqu'à 90 Kg, un poids qui risque d'être trop élevé pour les actionneurs électriques.

Un point notable du projet est l'utilisation de l'impression en 3D. Les actionneurs sont imprimés en 3D à base de titane tout comme, en fait, l'ensemble du prototype.

Le projet s'appuie également sur les technologies d’autres secteurs : les capteurs des voitures autonomes, une centrale à inertie utilisée pour la navigation, une combinaison de nombreux capteurs (accéléromètregyroscope...) dont la technologie provient des smartphones.

Le développement de Nadia devrait durer trois ans.

Date : 15/04/2019