Naissance d’Angels, le premier exemplaire de la filière nanosatellite française

Angels est le premier né de la filière industrielle française des nanosatellites avec une technologie 5 fois plus performante et une capacité de service démultipliée. Sa sensibilité est telle que les balises au sol peuvent l’atteindre avec une puissance d’émission de 100 mW seulement, soit environ 5 fois moins que les balises Argos actuelles. Il donne également accès à une nouvelle bande de fréquences, démultipliant ainsi la capacité des 7 satellites du système actuel. Aujourd’hui 20 000 balises sont traitées, en 2030, elles seront plusieurs millions.

Angels (« Argos Neo on a Generic Economical and Light Satellite » de son nom complet) relève le défi de la miniaturisation en étant dix fois plus léger (2 kg) et trois fois plus économe en énergie que les générations précédentes. « Toutes les innovations développées à bord des satellites en orbite ont des conséquences immédiates pour les utilisateurs. Concrètement, ce nouvel instrument permet la miniaturisation et l’allègement des balises ce qui ouvre la possibilité d’équiper un plus large panel d’objets. Si les performances d’Angels sont déjà exceptionnelles, celles des 25 nanosatellites de la future constellation dont il est le modèle répondent à un cahier des charges encore plus exigeant », déclare Alexandre Tisserant, président de Kinéis, projet français de constellation de nanosatellites destinés à fournir des services d'Internet des objets (IoT) par satellite.

Pour Caroline Laurent, directrice des Systèmes Orbitaux au CNES, « l'ouverture des services et l’intégration d’Angels au sein de la flotte des satellites Argos représentent une nouvelle étape clé dans l’histoire à succès du système Argos. Cela a été rendu possible grâce au partenariat exemplaire entre le CNES, Thales Alenia Space, Syrlinks, et Hemeria. Conçu, développé, fabriqué et qualifié en un temps record, Angels marque le point de départ de la commercialisation d’une gamme de nanosatellites de moins de 50 kg. A son bord, l’instrument Argos-Neo est lui-même précurseur d’une nouvelle génération d’instruments à bas coût et fortement miniaturisés ».

« Ce démonstrateur désormais opérationnel est de bon augure pour la constellation de 25 satellites qui verra le jour prochainement et qui fera de Kinéis un acteur singulier dans le monde de l’IoT de demain », précise Nicolas Multan, directeur général de Hemeria.

Date : 16/11/2020