Mécatronique : faisons le point !

Le troisième workshop européen en enseignement de la mécatronique a eu lieu au Danemark fin septembre 2002. Il a permis à un groupe d’une soixantaine d’enseignants chercheurs et d’industriels d’échanger sur leurs méthodes et leurs expériences dans le domaine. Les pays du nord de l’Europe étaient les plus représentés ce qui confirme leur volonté depuis quelques années d’explorer ce domaine. Les discussions sur ce que signifie le terme mécatronique ainsi que sur les cursus de formations ayant été abordés lors des précédents workshops, celui-ci a plutôt été centré sur les expériences de chacun.
Revenons tout de même sur ce terme. Il apparaît consensuel de présenter la mécatronique comme l’intégration de produits issus de la mécanique, de l’électronique et de l’informatique, au sein d’un système, et ce, afin de réaliser une fonction couplée. Dès lors, même si des objets « mécatroniques » existaient avant le terme, il apparaît nécessaire de mettre en œuvre des actions pédagogiques voire des formations adaptées à leurs études couplées. En effet, jusqu’à présent, le produit mécatronique est analysé par des spécialistes mono disciplinaires de façon séquentielle. Le fait d’aborder l’étude de ces produits de façon plus globale apporte de nouvelles solutions à fortes intégration et cohérence. On aura noté que l’innovation et le design sont présentés comme très liés dans de nombreuses conférences.
Les expériences présentées montrent la très grande diversité des applications et des disciplines associées. Reste à chacun le souci de présenter comment le travail collaboratif a permis de mener à bien ces projets. C’est ainsi qu’ont été présentées des applications concernant l’automobile (dont certaines déjà en place, mais aussi un prototype de véhicule à quatre unités identiques moteur-direction-suspension pilotés par un calculateur), le génie agricole et forestier, l’interface homme machine, les capteurs, le pilotage de systèmes hydrauliques, les machines outils, la robotique, etc.
Enfin, des réflexions plus conceptuelles ont ouvert de nouveaux horizons sur ce que pourrait être l’avenir de la mécatronique :
 Un article sur l’avènement de l’ère post-PC a montré la problématique d’un environnement temps réel connecté via un réseau à des modèles mathématiques de haut niveau.
 Un autre a présenté la mécatronique comme une évolution dans la complexité et exprime le fait qu’il n’y a pas à ce jour de théorie de la mécatronique et que les applications non linéaires couplées ne peuvent plus être évitées. La biologie a été prise pour exemple et dès lors, de nouveaux concepts émergent, comme celui de l’invariance d’un système.
Des discussions sur la modélisation et les outils associés ont montré que dans ce domaine presque tout était à faire.

Cette nouvelle branche qu’est la mécatronique se développe chaque jour. Des établissements d’enseignement supérieur la soutiennent et cherchent à explorer les voies du futur tout en formant les mécatroniciens de demain. Des rendez-vous sont pris, le prochain congrès aura lieu en Allemagne en novembre 2003, en Pologne en 2004, puis en 2005 en France à Annecy.

Date : 24/12/2002