La sécurité de l’IoT fait moins bien que le Père Noël.

La différence entre la sécurité de l’Internet des objets et le Père Noël ? Vous trouverez des gens pour croire au second (surtout en cette période de l’année), mais très peu voire quasiment personne pour avoir confiance en la sécurité des objets connectés.
En témoigne une étude publiée récemment par Gemalto qui révèle que 90% des consommateurs se disent méfiants concernant la sécurité de l’IoT.
Ils ne sont pas les seuls : 80 % des entreprises souhaiteraient d’ailleurs que les gouvernements s’emparent de ce dossier.
« Il est clair que les consommateurs et les entreprises ont de sérieuses inquiétudes concernant la sécurité de l’IoT et ne croient pas vraiment que les prestataires de services et les fabricants de périphériques soient en mesure de protéger les périphériques concernés et, plus important encore, l’intégrité des données créées, stockées et transmises par ces périphériques », commente Jason Hart, Chief Technology Officer, Protection des données chez Gemalto. « Tant que les entreprises et les consommateurs ne feront pas confiance à l’IoT, celui-ci ne pourra pas être adopté à grande échelle », ajoute-t-il.
Que craignent les consommateurs ? En premier lieu, la prise de contrôle de leur appareil par des pirates informatiques (66%), la divulgation de leurs données (60%) ou le piratage de leurs informations personnelles (54%).
54% des consommateurs possède un périphérique IoT (deux en moyenne), mais seuls 14% d’entre estiment être de fins de connaisseurs en matière de sécurité de ces appareils.
Ils ignorent donc que le niveau d’investissement dans la sécurité par les fabricants de périphériques et les prestataires de services IoT s’élève à 11 % du budget total affecté à l’IoT.
Cela n’empêche pas les entreprises de se déclarer favorables à une réglementation qui établirait de façon claire les responsabilités en matière de sécurisation des dispositifs et des données de l’IoT à chaque étape de leur parcours (61%) et les conséquences de la non-conformité (55%). En fait, la quasi-totalité des organisations (96%) et des consommateurs (90%) souhaitent la mise en place d’un règlement de sécurité initié par le gouvernement.

Date : 22/12/2017