A Kaboul, un robot-serveuse égaye le quotidien des Afghans.

Quand la tech rend le sourire aux enfants des pays en guerre…
Un restaurant de Kaboul, la capitale d’Afghanistan s’est doté d’un robot-serveur qui suscite curiosité et sourire auprès d’une clientèle usée par quatre décennies de guerre civile.

Timea, c’est son nom, est la toute première serveuse robot d'Afghanistan.  Ce robot humanoïde blanc à la tête profilée et aux bras articulés, qui mesure 1 mètre 50 et semble porter une jupe ample, a été importé du Japon. Il est capable de servir deux plats à la fois et peut enregistrer des commandes via un écran tactile disposé sur son ventre. Il peut également émettre quelques formules de politesse en dari, l'une des deux langues principales du pays et est programmée pour éviter les obstacles sur son parcours. Ce qui est relativement basique, mais l’essentiel n’est pas là. 
Mohammad Rafi Shirzad, le restaurateur à l’initiative de cette embauche, s’amuse des réactions joyeuses que la présence du robot implique. « Parfois, les enfants sautent de joie et de surprise quand ils le voient leur apporter de la nourriture », raconte-t-il.

Avec Timea, l’Afghanistan rejoint les pays où la question des emplois humains remplacés par des machines fait débat. Des accusations ont été émises en ce sens pas des internautes locaux. Accusation que M. Shirzad, le patron du restaurant, balaie d’un revers de manche affirmant que le robot apporte une nouvelle technologie en Afghanistan et peut conduire à plus d’emplois. « Nous avons engagé trois experts pour s’occuper » de Timea, observe-t-il. Le robot en ce sens peut selon lui « inciter une jeune génération afghane à apprendre l’intelligence artificielle ». (Source : AFP)

Date : 18/02/2020