Archives

L'édition 2020 de Global Industrie aura finalement lieu du 23 au 26 juin à Paris Nord Villepinte, et non pas au Bourget.

Par ailleurs, voici la liste des salons professionnels dont les dates ont été modifiées :

Des chercheurs de l’Université de Californie du Sud ont développé un robot d’assistance sociale qui a permis de faire progresser des enfants autistes. Baptisé Kiwi, ce dernier recourt à une IA basée sur l’apprentissage automatique pour perfectionner l’éducation des élèves.

L’industrie du décolletage dispose désormais d’un lieu dédié à ses technologies et expertises. Initié il y a plus de dix ans et après deux ans de construction, le technocentre ID Center basé à Cluses, en Haute-Savoie, vient d’être inauguré. Ce site ambitionne de « devenir la référence mondiale de l'industrie de décolletage, de l'usinage et de la mécanique ». Ce projet de plus de 11 millions d'euros appartient au Centre technique des industries mécaniques et du décolletage (Cetim).

Dans le contexte actuel, nous ne sommes pas sans savoir que les poignées de porte sont l'un des principaux réservoirs à microbes de notre quotidien Philippe Chaussard, un ingénieur mécanicien de la région de Compiègne, a mis au point avec Aurélien Vauquelin, ingénieur spécialisé en mécatronique, Skoon Handle, la poignée de porte autonettoyante, utilisant un gel à base de tensioactifs et d'enzymes.

Le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES) a donné son accord pour le développement du programme expérimental Callisto qui doit permettre de doter la France et l’Europe de lanceurs réutilisables pour succéder à Ariane 6.

Le pôle R&D du constructeur automobile allemand Volkswagen a dévoilé un prototype de robot de recharge pour les véhicules électriques. Il est composé d’un appareil pilote capable de remorquer un dispositif de stockage d’énergie jusqu’à la voiture, puis de recharger cette-dernière à l’aide d’un bras articulé, de manière entièrement autonome.

Le premier quartier imprimé en 3D au monde, implanté dans le sud du Mexique, a maintenant ses premières maisons.

Ce quartier est né de l’association d’Icon, une société de technologies de la construction dédiée à la révolution de la construction résidentielle, et de New Story, une organisation internationale à but non lucratif œuvrant à mettre fin au sans-abrisme dans le monde.

Icon utilise une imprimante 3D géante de plus de trois mètres de haut qui imprime en 24 heures des maisons de 152,4 mètres, dotées de deux chambres à coucher.

Dans son usine de Feyzin (Rhône), le groupe Air Liquide confie la préparation des tournées de livraison de gaz en bouteille à trois robots. Assistés de cinq véhicules autonomes, ils chargent les commandes dans des paniers métalliques, ensuite installés dans les camions de livraison. Cette unité inédite au monde est un premier pas d’Air liquide vers la robotisation de son activité "industriel marchand", centrée sur le conditionnement et la livraison de gaz industriels en bouteille aux entreprises. Le projet lyonnais s’inscrit dans un programme de modernisation de cette activité en France.

Lors du CES de Las Vegas, le groupe automobile japonais Toyota a annoncé son intention de construire une ville intelligente au pied du Mont Fuji. Cette smart city pourra accueillir 2000 habitants et servir de laboratoire pour tester des technologies de véhicule autonome, de robotique ou encore de smart home.

Des chercheurs ont créé des robots à partir de cellules souches de grenouille, capables de se déplacer de façon autonome et de s'auto-organiser pour effectuer différentes tâches. « Ce n'est pas un robot traditionnel ni une nouvelle espèce animale, mais une toute nouvelle forme de vie entièrement programmable », indique Joshua Bongard, ingénieur en robotique à l'université du Vermont et co-concepteur du projet.

AU CES de Las Vegas, deux acteurs mondiaux de l’automobile ont présenté des robots dédiés à la logistique et plus précisément à la livraison du dernier kilomètre.

L’innovation technologique et la protection de l’environnement peuvent assurément faire cause commune. En témoigne cet exemple auvergnat qui voit l’impression 3D être utilisée pour soigner les oiseaux blessés.

Ainsi, il y a quelques mois, le centre de la Ligue de protection des oiseaux de Clermont-Ferrand s’est vu confier un grand rapace, un milan, dont l’une des pattes était sérieusement abîmée. Pour la soigner, le centre a créé une orthèse souple réalisée au centre via la fabrication additive.

On ne l’avait pas entendu depuis 3000 ans. Une momie égyptienne ans a retrouvé la voix grâce à la fabrication additive. Grâce à des techniques de numérisation 3D et d’impression 3D, une équipe d’archéologues, d’ingénieurs et de chercheurs a réussi à reproduire l’empreinte vocale du corps momifié de Nesyamon, un prêtre égyptien âgé de 3 000 ans qui a vécu sous le règne du pharaon Ramsès XI (début dès 1099 avant J.-C).

Les premiers championnats du monde open de ski augmenté ont eu lieu à la mi-janvier à l'Alpe d'Huez. Le principe : skier avec un exosquelette, pour réduire les douleurs et la fatigue dans les jambes.

Skieurs débutants, professionnels et confirmés se sont affrontés dans un slalom géant et un ski trail, l'exosquelette sur les jambes. Ils seraient 7000 pratiquants en France.

La start-up DeNoize fait beaucoup parler d’elle et c’est assez paradoxal pour une entreprise qui vend du silence. Fondée en mai 2018, basée sur deux sites, à Rotterdam (Pays-Bas), et à Gardanne sur le campus Georges-Charpak Provence de l'École des Mines de Saint-Etienne, cette entreprise a développé une solution innovante d'isolation phonique des fenêtres. Inspirée de la technologie des casques anti-bruit, elle utilise le procédé de réduction active du bruit permettant de diminuer jusqu'à 90 % le bruit à l'intérieur des habitations.

Des chercheurs de l’université américaine Cornell de New-York ont mis au point une main de robot capable de réguler sa température en suant. Fabriqués à base d'hydrogel, les doigts de cette main produits avec une imprimante 3D, sont composés à 50% d'eau. Une première couche d'hydrogel rigide en recouvre une autre, plus souple et poreuse. Ces pores, larges d'un cinquième de millimètre, se dilatent au contact de la chaleur, permettant à l'hydrogel de transpirer.

Mobile Industrial Robots et Universal Robots, deux entreprises danoises spécialisées dans la robotique collaborative, vont installer leurs futurs sièges dans la ville d'Odense, au Danemark, pour créer un grand centre dédié à la robotique collaborative. Soutenues financièrement par leur maison-mère américaine Teradyne, elles souhaitent "créer un environnement attractif" pour attirer de nouveaux employés. Le projet doit ouvrir ses portes début 2022. 36 millions de dollars seront investis dans ce projet

Quand la tech rend le sourire aux enfants des pays en guerre…
Un restaurant de Kaboul, la capitale d’Afghanistan s’est doté d’un robot-serveur qui suscite curiosité et sourire auprès d’une clientèle usée par quatre décennies de guerre civile.

Des chercheurs de l'École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) en Suisse ont conçu une imprimante 3D fonctionnant avec un laser capable de créer de petits objets très précis en quelques secondes à peine.

Maxon, le fabricant suisse de moteurs électriques de précision, leader mondial dans son domaine, a choisi la région Auvergne-Rhône-Alpes pour bâtir son centre d’innovation et de production dédié à la mécatronique. Il vient d’annoncer un investissement de 10 millions d’euros pour bâtir à Beynost dans l’Ain une usine de 4 300 m². Le site accueillera la production d’un nouveau moteur électrique, mais aussi un incubateur destiné à accueillir des start-up de la mécatronique.

La première pierre a d’ailleurs été récemment posée.

L’agence spatiale américaine lance un concours d’idées ouverts à l’ensemble du genre humain pour l’aider à concevoir le rover qu’elle entend envoyer sur la planète Vénus. Le concours est doté de 30.000 dollars.

Aller sur Mars pourrait presque ressembler à une promenade de santé en regard de ce que représente la même performance sur la planète Vénus. Avez-vous une idée précise de ce qu’est l’enfer ? Les ingénieurs de la NASA eux, en ont une et ils l’appellent Vénus. 

Pour lutter contre la propagation sur le territoire chinois du coronavirus, des ingénieurs ont mis au point un robot désinfectant. Baptisé Thor-1, il pourrait, selon ses concepteurs, traiter jusqu’à 10.000 mètres carrés par heure. Manipulé à distance à l’aide d’une télécommande, l’engin propulsant du produit désinfectant a été testé dans un parc de l’agglomération de Hangzhou où il a été mis au point (près de 10 millions d’habitants, située à environ 150 kilomètres de Shanghai).   

Développé par l’ENSTA Bretagne (l’école nationale supérieure de techniques avancées), ce catamaran miniaturisé construit par les étudiants est un robot, intelligent et discret, aux compétences multiples, civiles et militaires.

Le groupe toulonnais Cartesiam, un éditeur de logiciel spécialisé dans le Machine Learning pour systèmes embarqués, annonce dans la cadre du salon « Embedded World » à Nuremberg en Allemagne, la disponibilité immédiate de NanoEdge AI Studio, le premier environnement de développement intégré (IDE) qui permet l’apprentissage et l’inférence directement sur les microcontrôleurs Arm Cortex M. Ces microcontrôleurs à faible puissance et à faible coût de ARM sont intégrés dans des milliards d’appareils dans le monde.

Les appareils et applications de l’Internet des Objets représentent une part toujours plus importante des connexions réseau. D’ici 2023, les communications Machine-to-Machine (M2M) pourraient représenter 50% des 14,7 milliards de connexions.

C’est ce que révèle le rapport annuel Cisco Annual Internet Report de prévisions sur les tendances du networking. En comparaison, ces communications M2M représentaient 33% (6,1 milliards) des connexions en 2018 et seulement 3,1% en 2017.

Puisque l’un des moyens les plus efficaces pour endiguer la propagation du coronavirus, notamment parmi le personnel soignant, semble être la limitation des rencontres et contacts entre le personnel médical et les patients, la Chine a ouvert récemment à Wuhan, un service hospitalier entièrement robotisé. Il s’agit d’un ancien centre sportif reconverti en hôpital de campagne.

C’est une innovation d’ordre mondial qui prend forme peu à peu en France. Le frein hydraulique presque aussi vieux que l’automobile est sur le point de prendre un sacré coup de jeune et ce lifting pourrait bien être de facture lyonnaise.

Délaissant l'hydraulique, Hitachi Automotive Systems et le Laboratoire Ampère situé sur le campus de l’INSA de Lyon ont mis au point le premier système de freinage destiné à l'automobile entièrement électrique.

Le fabricant belge Aerosint vient d’annoncer qu’il a réussi à imprimer en 3D une pièce complexe et des petits cubes avec deux métaux différents, à partir d’un procédé de fusion laser sur lit de poudre. La pièce la plus complexe a été fabriquée avec de l’acier inoxydable et du CuCrZr (c’est-à-dire du Cuivre au Chrome et au Zirconium). Les cubes ont été imprimés en 3D à partir d’acier et d’un alliage de cuivre.

Chez Google Robotics, la meilleur façon de marcher c’est encore tout seul. Les équipes de la filiale robotique du géant américain ont mis au point un algorithme capable d’apprendre à un petit robot comment marcher tout seul. Le robot de Google peut marcher en avant, en arrière et être totalement autonome en seulement quelques heures.

L’édition régionale Auvergne Rhône-Alpes du quotidien économique La Tribune a consacré un long article à l’initiative de l’écosystème grenoblois qui se mobilise face au Covid-19. Le collectif VOC-COV (Volonté d'Organiser Contre le COVid-19), composé d’une quarantaine de chercheurs et industriels locaux.

Le ministère des Armées, via l’Agence de l’Innovation de Défense lance un appel à projets de solutions innovantes pour lutter contre le Covid-19.

Pour lutter contre le coronavirus, la Chine a fait appel à la technologie pour tenter d’endiguer son expansion : robots pulvérisateurs de désinfectants, drones de surveillance du respect des consignes de confinement à Wuhan, etc.

Aujourd’hui, alors que la maladie s’étend sur tous les continents, la technologie est sollicitée partout dans le monde. Nous avons brossé un panorama des dispositifs mis en œuvre pour seconder les humains face à l’épidémie de Covid-19.

En Espagne, un premier appareil respiratoire imprimé 3D vient d’être développé et approuvé par des experts médicaux. Afin de soutenir les hôpitaux et les unités de soins intensifs face à la crise sanitaire que nous traversons actuellement, le consortium réunissant le Consorci de la Zona Franca (CZFB), HP, Leitat, SEAT, le Consorci Sanitari de Terrassa (CST) et l’hôpital Parc Taulí de Sabadell, a uni ses compétences pour concevoir un respirateur imprimable en 3D. L’appareil est un dispositif d’urgence qui aide les patients à respirer sur une courte durée.

Pour endiguer la propagation du Covid-19 au sein de ses équipes, le Port d’Anvers en Belgique a adopté une technologie innovante de bracelets électroniques.

La fabrication additive est en train de gagner ses galons de technologie de recours face à l’épidémie de Covid-19. Depuis plusieurs semaines, on voit partout fleurir des initiatives d’industriels ou de makers particuliers. 

Ici, c’est une institution de santé et parmi celles qui sont en première ligne : l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) qui, avec le soutien financier du groupe de luxe Kering et Université de Paris, a acquis et mis en service 60 imprimantes conçues par l’Américain Stratasys. 

Un collectif d’acteurs économiques de la région Auvergne-Rhône-Alpes composé du CEA, de grandes entreprises (Michelin, ARaymond, Schneider), de PME (Ouvry, Sofileta) et d’institutions et collectivités (mairie de Grenoble, région Auvergne Rhône Alpes, Agence Régionale de Santé, CHU GA, préfecture de l’Isère, ordre des médecins et la Société Française de Médecine de Catastrophe), sous l’impulsion et la coordination du collectif grenoblois VOC-COV, travaille depuis le 16 mars dernier à la conception et au déploiement à grande échelle d’un masque réutilisable. 

La Poste a lancé le 29 avril la 6e édition du concours French IoT ouvert aux start-up.

Pour devenir futures lauréates French IoT 2020, les start-up et PME candidates doivent disposer d’une solution connectée et engagée innovante, en phase de pré-commercialisation ou de commercialisation dans l’une des 5 thématiques du concours :

Le magazine l’Usine Nouvelle a consacré un long reportage à l’utilisation des jumeaux numériques dans l’industrie automobile allemande. Ce dispositif connaît une phase de déploiement massive dans les sites de production du pays pour de la mise en service virtuelle, qualité, maintenance prédictive, etc.

Une étude prospective du Centre technique des industries mécaniques (Cetim) liste 51 technologies prioritaires pour la mécanique d'ici 2025. Cet exercice conduit tous les 5 ans par le Cetim avec l’appui de la Fédération des Industries Mécaniques (FIM) révèle deux tendances essentielles : la transition écologique et l’hybridation technologique. Parmi ces 51 technologies prioritaires, 15 apparaissent pour la première fois. 

L’entreprise suisse WISeKey, spécialisée dans la technologie blockchain et la cryptographie de l’IoT, travaille au développement de Foresight, un système IoT pour détecter la propagation de nouveaux virus. Il s’agit de mettre en œuvre un réseau d’un milliard de capteurs IoT intelligents interconnectés qui surveilleraient la température corporelle en temps réel et pourraient fournir des données de géolocalisation.

Aux États-Unis, des chercheurs de l’Oak Ridge National Laboratory (ORNL) travaillent à la fabrication d’un réacteur nucléaire imprimé en 3D. Ils ont notamment conçu le cœur du réacteur et intensifié l’ensemble du processus de fabrication additive pour valider la fiabilité des composants imprimés en 3D. L’ORNL espère ainsi mettre en service le premier réacteur nucléaire de ce type en 2023.

Le CHU de Montpellier annonce une première mondiale avec l’opération d’un patient d’une tumeur au foie grâce à un robot médical élaboré par Quantum Surgical. Le CHU de Montpellier (Hérault) annonce avoir opéré avec succès un patient de 56 ans, atteint d’une tumeur au foie, avec le robot médical de Quantum Surgical, une entreprise montpelliéraine. Cet outil a permis au chirurgien de planifier à l’avance l’intervention sur les images 3D du patient, et de réaliser le geste avec précision, guidé par le robot. Une « première mondiale », note l'hôpital de Montpellier.

En France, comme partout dans le monde d’ailleurs, de nombreux industriels ont utilisé leur outil de production pour développer et fabriquer des dispositifs pour lutter contre l’épidémie de Covid-19.

Ces colonnes se sont faits l’écho de nombreuses initiatives. En voici deux autres à mettre au crédit d’entreprises spécialisées dans les activités mécaniques.

Lynred, spécialiste grenoblois des technologies infrarouges de haute qualité pour les marchés aérospatial, militaire et grand public, annonce l’obtention du label « Vitrine Industrie du Futur » décerné par l’Alliance Industrie du Futur (AIF). 

Le ministère fédéral allemand de l’Économie a décerné à Alstom un prix de l’innovation lié à un projet d’essais qui vise à mettre en œuvre le système de conduite automatique(ATO) pour des trains de voyageurs régionaux. Le projet débutera en 2021 avec la collaboration de l’Association régionale de la ville de Braunschweig, du Centre aérospatial allemand (DLR) et de l’Université technique de Berlin (TU Berlin). Les essais pour les premiers trains automatisés commenceront au début de l’année 2023.

Un consortium dirigé par l’Estonien Milrem Robotics, composé de plusieurs grandes entreprises dans les domaines de la défense, de la communication et de la cybersécurité ainsi que de PME de haute technologie a reçu 30,6 millions d’euros du Programme européen de développement industriel dans le domaine de la défense (EDIDP) de la Commission européenne afin de développer un système terrestre européen sans pilote normalisé. 

En France, comme partout dans le monde d’ailleurs, de nombreux industriels ont utilisé leur outil de production pour développer et fabriquer des dispositifs pour lutter contre l’épidémie de Covid-19.

Ces colonnes se sont faits l’écho de nombreuses initiatives. En voici deux autres à mettre au crédit d’entreprises spécialisées dans les activités mécaniques.

En 2019, 14 844 demandes de brevets ont été publiées à l’INPI, selon l’édition 2019 du palmarès des déposants de brevets auprès de l’INPI. Le groupe PSA retrouve la première place du palmarès, qu’il avait occupée de 2007 à 2015, avant de se la voir ravir par le groupe Valeo. Comme en 2018, Safran, le CEA et Renault complètent le Top5.

Les robots trieurs commencent à faire leur apparition dans les centres de tri des déchets français. L’entreprise américaine BHS a installé quatre unités de robots trieurs sur deux sites exploités par Veolia : un robot à Amiens et deux à Nantes et un site Paprec (une unité à Lyon). Son compatriote Machinex finalise également la vente de six unités. Par ailleurs, les spécialistes européens des équipements de tri se lancent : Tomra vient tout juste de présenter un modèle spécifique au tri des bouteilles en PET (polyéthylène téréphtalate).
Le groupe hospitalier Henri Mondor, qui regroupe 5 établissements de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) a acquis Atalante, un exosquelette conçu par l'entreprise française Wandercraft spécialisée dans la robotique dynamique de marche. L’objectif de cette acquisition est de faciliter la rééducation motrice des patients. L'exosquelette Atalante s'utilise mains libres, sans béquilles. Il est couplé à des algorithmes d'apprentissage automatique. Il permet de répéter des centaines de fois une tâche avec un effort minimal du patient et du thérapeute.