Archives

Des robots qui s’inspirent des comportements humains… Cela ressemble à une série de science‐fiction pour Canal Plus ou Arte et n’augure jamais rien de bon… Cela vous fait courir un petit frisson le long de la colonne vertébrale, des robots qui s’inspirent des comportements humains…

La voie vers la baisse de l'impact écologique des machines de production conduit les entreprises à se concentrer sur de nouveaux moyens pour incorporer l'efficacité énergétique dans la conception de nouveaux produits. Une des réponses est le premier robot capable de jouer au badminton, conçu pour mettre à l'essai une application logicielle qui optimise le rendement énergétique dans la conception de machine. Le robot est le résultat du projet ESTOMAD («Energy Software Tools for Sustainable Machine Design »), mené par le centre de technologie mécatronique de Flandre (FMTC) en Belgique.

Voici une première mondiale : le projet Dustbot («Networked and Cooperating Robots for Urban Hygiene») est une idée originale qui se sert de robots dans des environnements urbains dits “partiellement non structurés” (squares, certaines rues, parcs) pour éliminer déchets et saletés. Ces robots peuvent aussi ramasser les déchets ménagers à la demande des citoyens, et ce devant leur porte. Les ménages peuvent les convoquer par téléphone portable à tout moment de la journée.

Et voilà que la robotique investit le champs des odeurs et pas celui des plus agréables. Un labo japonais a mis au point un humanoïde femelle et un robot chien qui renifle l’haleine pour l’un, et les pieds d’une personne pour l’autre, et font appel à des remarques désagréables et des réactions exagérées pour pousser leur usager à regard avec plus d’affection sa brosse à) dents et ses chaussettes propres.

Les chercheurs européens travaillant au centre de recherches E. Piaggio de l'université de Pise et de l'Istituto Italiano di Tecnologia de Genova, en Italie, ont créé une main robotisée destinée à révolutionner le monde des prothèses intelligentes.
La prothèse en question est capable de reproduire pratiquement tous les mouvements naturels de la main humaine. La majorité des tâches d'agrippement des prothèses classiques ne permettent que d'agripper des objets fixes ou immobiles. La nouvelle main est capable de faire plus.

Le jeu vidéo n'est pas que le grand marché des produits culturels de demain, il est également un champ de développement pour les développeurs de dispositifs type exosquelette. La preuve avec ARAIG (acronyme de As Real As it Gets), une combinaison qui permet au joueur de s'immerger presque physiquement dans le jeu auquel il s'adonne.

Basé à Saclay (91), l’Institut de recherche technologique (IRT) SystemX a annoncé il y a quelques mois le démarrage d’un programme de recherche focalisé sur les outils et les méthodes à mettre au point pour l’ingénierie des véhicules du futur (voitures hybrides, avions plus électriques…).

La robotisation des opérations de parachèvement des pièces de forge, de fonderie et composites amène des gains de performance industrielle, contribue à la relocalisation des activités sur les territoires et réduit les TMS (Troubles Musculo‐ Squelettiques) des personnels d’atelier.

Nous vous en parlions ici en septembre dernier, mais il ne s’agissait alors que d’une présentation informelle. Cette fois, c’est officiel : à la Foire de Hanovre, le groupe suisse ABB a dévoilé le robot YuMi en présence, excusez du peu, de la chancelière allemande, Angela Merkel, et du premier ministre indien, Narendra Modi.

Selon les données de la Fédération Internationale de la Robotique, 225.000 robots ont été écoulés dans le monde en 2014, un chiffre en hausse de 27% par rapport à 2013. L’Asie est le principal découché des robots, avec 140.000 machines acquises l’an passé, dont 56.000 en Chine (+54%).
La Chine est d’ailleurs le premier marché mondial des robots, devant la Corée du Sud (39.000), le Japon, les États-Unis et l’Allemagne.
Selon la fédération, les cinq plus grands fabricants de robots détiennent 75% du marché, devisé à quelque 29 milliards de dollars par année.

En 2009, le groupe Savoy International était l’un des tout premiers équipementiers à bénéficier du soutien du FMEA (Fonds de Modernisation des Equipementiers Automobiles) à travers un apport en capital de 4,3 millions d’euros. Aujourd’hui, Bpifrance cède cette participation minoritaire à un fonds privé, Arve Industries Capital, créé à l’initiative du Crédit Agricole des Savoie.

Artema, syndicat des industriels de la mécatronique, présente un nouveau guide des métiers de la mécatronique. La discipline offre de nombreux débouchés mais reste relativement méconnue du grand public et des jeunes.

Le 17 juin, le Cetim a inauguré son nouveau laboratoire de biomécanique, basé sur son site de Saint-Etienne : un laboratoire dédié à la caractérisation mécanique d’implants orthopédiques (statique, usure, fatigue).

L’entreprise Somfy, spécialiste des équipements automatisés pour les bâtiments, basée à Cluses (Haute-Savoie), a lancé un projet de recherche et développement baptisé COMETE (Cloud pour la maison intelligente et l'efficacité énergétique).

Le media Industrie & Technologies a publié en fin d’année le classement des 100 premiers centres R&D de France. Il n’est pas totalement exhaustif, de l’aveu même de ceux qui l’ont établi, mais il est issu de la compilation des données portant sur 495 sites et 97.421 techniciens, ingénieurs et chercheurs.

Vous voulez une voiture confortable comme votre salon ? Allez donc au Japon où la société Nano‐Optonics Energy propose "Unimo" un véhicule électrique monoplace (EV) en forme de canapé. Pour être tout à fait honnête, ce véhicule n’est pas destiné à la mobilité routière, mais devrait trouver son application dans des établissements de soins et des centres de réadaptation.

Le nouveau Top 100 de l'innovation, produit par Thomson Reuters, vient de sortir. Cette édition 2014 est dominée par le Japon et l'Asie en général, portés par une surreprésentation du secteur du numérique et des technologies de la communication.

Un sondage Syntec Numérique - Odoxa réalisé en  décembre 2014 voulait mesurer l’attrait des Français pour la robotique et comprendre leur perception de l'émergence de cette nouvelle technologie pouvant transformer leur quotidien.

Le cabinet Xerfi a publié une étude sur les secteurs économiques français qui font face à la sinistrose économique ambiante dans le pays et recruteront cette année.

La main est‐elle la vitrine de la recherche et du développement dans le domaine des prothèses avancées ? Il faut le croire puisque chaque mois apporte une nouvelle innovation.
Voyons cette fois, la technologie i‐limb™ de la société Touch Bionics. Il s’agit d’une main robotique qui se caractérise par la présence d’un pouce mécanique et qui bouge de manière rotative, avec 24 options de préhension et des électrodes sensibles supplémentaires. C’est aussi la première prothèse de membre supérieur qui peut être contrôlée via une application mobile.

Ericsson, le spécialiste suédois des infrastructures télécoms, vient de publier un document présentant les 10 tendances technologiques (hot consumer trends dans la langue de Shakespeare qui prévaut dans l’industrie et la prospective) qui vont marquer l’innovation et la technologie en 2015.
1. Le streaming va continuer à s'imposer comme le mode de diffusion privilégié de l'information au sens large.

L'entreprise nipponne MODEC et la préfecture de Saga (Ile de Kyushu, sud‐ouest du Japon) ont annoncé l'installation d'une éolienne flottante de nouvelle génération. Entendez par là de nature hybride, ce qui lui permet de tirer parti à la fois des courants marins et des vents.
L'exploitation des courants marins est réalisée par un rotor de Savonius dont la faible vitesse de rotation permet de ne pas endommager les milieux marins et de respecter l'environnement.

Nous avions vu il y a quelques temps de cela, un dispositif installé sur une Ford capable de “monitorer” la santé du conducteur, mesurant sa tension, son rythme cardiaque et contrôlant même son diabète… Au‐delà de l’innovation il s’agit d’une vraie tendance qui envisage la voiture comme un outil sanitaire. Étonnant pour un moyen de locomotion accusé de nombreux maux dans ce domaine.

Après près de 3 ans de collaboration fructueuse, le Cetim (Centre technique des industries mécaniques) et le Ctdec (Centre technique de l’industrie du décolletage) unissent leurs destinées et donnent naissance au Cetim-Ctdec. Les deux entités ont fait le constat de la convergence de leurs métiers. En effet, l’évolution des technologies de production voit les métiers du décolletage et de l’usinage se rapprocher.

Bien qu’il touche à sa fin, ce premier mois de l’année permet toutes les prédictions et projections quant à son déroulement. Ainsi, outre-Atlantique, l’entreprise Rethink Robotics affirme dans les colonnes de la presse spécialisée que si 2014 fut l’année du tout connecté, 2015 sera celle des robots. Dans l’industrie notamment, l’année naissante devrait faire la part belle au développement de petites machines agiles capables de travailler en bonne harmonie avec l’homme, sans mettre sa sécurité en péril.

Les micro‐drones peuvent voler, se faufiler, explorer des lieux sombres, exigus, difficiles d’accès mais ils ne peuvent pas encore atterrir sur des plans autres qu’horizontaux… Et bien, ce n’est plus vrai : désormais ils le peuvent. Une équipe de scientifiques américains a développé un quadcopter doté d’un mécanisme qui lui permet de se poser sur les murs ou les plafonds, d’y rester pendant un certain temps, puis de décoller à nouveau. Un peu à la façon d’une mouche, d’un gecko ou d’un certain héros de BD.

SheerWind, une société d’éolienne du Minnesota, aux États‐Unis, a annoncé les résultats des tests qu’elle a effectués avec sa nouvelle technologie de production d’énergie éolienne, Invelox. La société affirme que lors des essais, sa turbine a pu générer six fois plus d’énergie que la quantité produite par des turbines traditionnelles montées sur des tours.

Le groupe sud‐coréen Hyundai Heavy Industries (HHI), leader mondial de la construction navale, a développé un robot de soudage miniature qui peut être facilement transporté par un ouvrier et apposé sur un navire en utilisant des aimants. Ce bras de soudage pèse 15 kg et mesure 15 cm de haut pour 50 cm de long. Il se compose de six articulations et peut fonctionner en continu.

Les constructeurs automobiles phosphorent tous frénétiquement sur la mobilité de demain. Il faut dire que les enjeux sont énormes. D’ici l’an 2050, il y aura 9,3 milliards de personnes sur Terre et 6,4 milliards d’entre elles vivront dans des villes. Il pourrait aussi y avoir quatre fois plus de voitures sur les routes qu’aujourd’hui. Envisagez un peu le niveau de congestion urbaine et d’embouteillages… Ford est en pointe dans la recherche sur les voitures du futur.

Les Pays de Savoie confirment leur rôle déterminant dans le développement de la Mécatronique. La mécatronique, démarche d’avenir, porteuse d’enjeux industriels et énergétiques majeurs pour les entreprises, implique des mutations profondes notamment du point de vue de l’organisation du travail, des modes de management et des compétences associées.

Si l'on en croit l'Usine Nouvelle qui a publié un article il y a quelques mois sur le développement croissant des solutions mécatroniques dans l'industrie aéronautique, la mécatronique française c'est :
‐ près de 5,9 milliards d’euros de chiffre d’affaires.
‐ environ 150 entreprises
‐ près de 30.000 salariés

Comment augmenter la sécurité d'un véhicule? Pour tenter de répondre à cette question, les chercheurs de l'Institut Fraunhofer de durabilité des structures et de fiabilité des systèmes (LBF, Darmstadt, Hesse) ont mis au point un modèle de voiture de course équipé de nouveaux capteurs, une nouveauté permise par l'application de solutions issues du domaine de la mécatronique. Dans ce cas présent, le véhicule est équipé de 4 capteurs sans fil qui permettent de contrôler les vibrations du véhicule.

Comment augmenter la sécurité d'un véhicule? Pour tenter de répondre à cette question, les chercheurs de l'Institut Fraunhofer de durabilité des structures et de fiabilité des systèmes (LBF, Darmstadt, Hesse) ont mis au point un modèle de voiture de course équipé de nouveaux capteurs, une nouveauté permise par l'application de solutions issues du domaine de la mécatronique. Dans ce cas présent, le véhicule est équipé de 4 capteurs sans fil qui permettent de contrôler les vibrations du véhicule.

En Allemagne, le Partenariat pour une énergie propre (CEP) a annoncé que des véhicules en démonstration équipés de piles à combustible avaient passé le cap des deux millions de km, le tout sans incident notable.

IDair est un dispositif autonome d'éclairage intelligent et de filtration d'air qui permet la mise en oeuvre de la transition écologique en milieu urbain. Doté d'une technologie autosuffisante en énergie, il fonctionne sans être relié au réseau électrique. Des cellules photovoltaïques fournissent l'énergie nécessaire au système de filtration pendant la journée puis pour l'éclairage LED la nuit venue.

Dans le cadre du projet Fraunhofer de recherche sur les systèmes pour l'électromobilité (FSEM), les chercheurs de L'Institut Fraunhofer de durabilité des structures et de fiabilité des systèmes (LBF, Darmstadt, Hesse) ont mis en place une chaîne cinématique complète et ont développé un moteur destiné à être fixé sur le moyeu des roues.

Enfant, le jeune ingénieur aimait jouer avec des briques plastiques. Aujourd'hui, il s'amuse avec des briques technologiques. Et bien, Barobo, une firme implantée en Californie, lui propose de retrouver son âme juvénile tout en restant ancré dans son époque, avec Linkbot, une plateforme robotique modulaire qui permet de créer et personnaliser un robot soi‐même, pièce par pièce comme des LEGO.

Faut‐il obligatoirement être doté de quatre roues pour bénéficier des dernières avancées en matière de technologies de véhicules connectés ? Non, répondent Honda et BMW, constructeurs automobiles, motoristes et grands faiseurs de motos. Ils travaillent avec l’Université du Michigan et une startup australienne, Cohda Wireless, pour développer des technologies de conduite autonome qui fonctionnent sur les deux roues.
Cohda conçoit des systèmes radio et des logiciels qui ne vont pas seulement relier entre eux les véhicules à proximité sur la route, mais aussi à la route elle même.

A l’occasion du salon Smart‐Grids 2013, RTE (Réseau de Transport d'Électricité) et ses partenaires avaient annoncé le lancement du projet Postes Électriques Intelligents, projet qui préfigure le réseau électrique intelligent de demain, au service de la transition énergétique. Ce projet permet, par l’apport de technologies numériques et optiques, d’optimiser les capacités du poste électrique, afin de l’adapter au développement massif des énergies renouvelables.

Le cluster technologique aérospatial italien prend de l'importance : les districts d'Ombrie et d'Emilie Romagne ont rejoint les 5 districts composant le cluster (Piémont, Lombardie, Latium, Campanie, Pouilles).
Un financement national de 40 millions d'euros sera débloqué avant la fin de ce mois de juin pour les clusters aérospatiaux.

Voici un nouveau projet qui vise à exploiter au maximum l'énergie éolienne. Financé par l'UE et baptisé SUPRAPOWER, il vise au développement d'un moteur éolien offshore plus puissant, fiable et léger. D'une durée de quatre ans, il regroupe neuf partenaires européens des mondes de l'industrie et de la science sous la coordination de Tecnalia en Espagne.

La voiture autonome pour l'heure, c'est la Google Car et ses très volumineux dispositifs de détection. Ionut Budisteanu, un jeune roumain de 19 ans, a mis au point un algorithme qui permet de réduire cette imposante dotation. En s'appuyant sur des capteurs de plus basse résolution et en croisant ces données avec des images de caméra numérique, sa technique d'automatisation du véhicule demande un investissement de 4.000 dollars contre 75.000 dollars dans le cas de la Google Car.

La dernière génération de transistor fonctionne avec la lumière et est destinée à remplacer les transistors traditionnels qui utilisent le courant électrique pour amplifier ou moduler un signal dans des dispositifs électroniques. Ces dispositifs innovants ont été réalisés par Claudio Conti et Marco Leonetti de l'université de Rome La Sapienza et par Cefe Lopez de l'Institut des sciences des matériaux de Madrid.

D’ici 2017, les appareils mobiles dédiés à la gestion et à la détection de l’état de santé d’un patient et de son bien‐être seraient de plus en plus répandus, d’après une étude ON World. Les appareils mobiles possédant des capacités de monitorage, appareils intelligents, smartphones, tablettes, atteindraient les 515 millions de produits en 2017 contre 107 millions en 2012. Les téléchargements d’applications spécialisées dans ce type de gestion atteindraient un milliard et 400 millions de téléchargements mondiaux en 2017.

Le marché mondial de l’électronique automobile devrait progresser de plus de 50% entre 2010 et 2020, passant ainsi de 157 à 240 milliards de dollars, selon IMS Research. La locomotive de cette croissance serait clairement la sécurité et les réglementations qui y sont liées : ainsi l'ESC et le contrôle automatique de la pression des pneus, deux technologies à fort contenu électronique, seront incorporés dans la législation de plus en plus de pays …

Un centre technique et deux laboratoires de recherche implantés sur le Technopôle du Madrillet, près de Rouen (Seine-Maritime) CEVAA, GPM et LOFIMS se regroupent pour donner naissance à un laboratoire commun le CECOVIM ou Centre d’Expertise et de COntrôle du VIeillissement pour la Mécatronique. Ce nouveau laboratoire à vocation industrielle est destiné aux secteurs de l’aéronautique, du spatial de la sécurité et de la défense avec Normandie AeroEspace mais aussi de l’automobile avec le pôle Mov’eo.

Les finales nationales de la 43e édition des «World Skills» en France, qui se sont déroulées du 28 au 31 janvier à Strasbourg, ont couronné dans la catégorie mécatronique deux jeunes étudiants de la région Midi-Pyrénées. Florent Aymard et Damien Le Grèvellec, élèves du Centre de Formation des Apprentis de l’Industrie (CFAI) de Beauzelle, en Haute-Garonne ont décroché la médaille d’or nationale et représenteront la France lors des finales mondiales qui auront lieu à Sao Paulo au Brésil du 10 au 16 août prochain.

Dunasys, société d’ingénierie en systèmes embarqués basée à Nanterre, a acquis fin 2013  la société nantaise See4sys. Au travers de cette opération, Dunasys se positionne comme un acteur de premier plan sur le secteur des fournisseurs de briques logicielles et des outils d’analyse, de diagnostic et de validation automatique pour l’embarqué automobile. Cette opération va permettre à Dunasys de devenir le partenaire privilégié de Dassault Systèmes autour de son offre Autosar pour les systèmes embarqués automobiles.

Les 5 et 6 juin prochains, en Californie, ça va saigner des actionneurs, chauffer dans les rouages. 25 équipes venues du monde entier s’affronteront à Ponoma, à l’occasion de la grande finale du Darpa Robotics Challenge (DRP), entendez par là le concours du meilleur robot du monde. Etalé sur deux ans et organisé par l’agence américaine pour les projets de recherche avancée de défense (DARPA), ce concours a pour objectif de développer des robots capables d’effectuer des tâches complexes dans des zones sinistrées et hostiles, là où les hommes ne peuvent intervenir.

Les trains à grande vitesse de nouvelle génération auront plusieurs défis à relever : ils devront être plus sûrs, plus fiables, plus confortables, plus silencieux mais surtout plus efficaces d'un point de vue énergétique et plus économes en ressources. Tout cela fait partie des objectifs du projet de recherche "Next Generation Train" du Centre allemand de recherche aérospatiale (DLR).